LIFESTYLE

"Les Marocains'', l'exposition-événement au musée YSL Marrakech

« Les Marocains » est l’un des derniers projets de Leila Alaoui, photographe francomarocaine qui, tragiquement, succombe à ses blessures après l’attentat de Ouagadougou, le 15 janvier 2016. Presque trois ans plus tard, le musée YVES SAINT LAURENT marrakech, en partenariat avec la Fondation Leila Alaoui présente ce travail à Marrakech, ville où elle a grandi et connu enfant Yves Saint Laurent.
Reading time 3 minutes

Leila Alaoui a réalisé Les Marocains entre 2010 et 2014. Il ne s’agit pas de scènes de la vie quotidienne mais – au sens le plus fort et le plus classique du mot – de portraits. Richard Avedon, l’un des grands portraitistes du XXe siècle, au travail duquel celui de l’artiste marocaine fait écho, disait : « un portrait est l’image de quelqu’un qui sait qu’il est photographié. Et ce qu’il fait de cette connaissance est aussi important que ses vêtements et son attitude. Il est impliqué dans ce qui s’est passé, et il influence le résultat ». Le dispositif de Leila Alaoui va pleinement dans cette direction : il n’y a rien chez elle de l’image volée. Le studio mobile qu’elle emporte avec elle dans son road trip marocain ne laisse personne ignorer ce qu’elle attend de ses modèles: qu’ils prennent la pose, pour employer une formule un peu surannée, mais qui a le mérite d’inscrire la série de la jeune photographe dans un très long flux d’images, dans une pratique séculaire.

Impossible en effet de ne pas être sensible à la forte dimension picturale des images de Leila Alaoui. Les très grands peintres de portraits de l’histoire de l’art, un Tintoret, un Van Dyck, un Ingres, ont souvent eu recours au dispositif qu’à son tour elle adopte : un fond neutre (ici noir), une frontalité assumée. Comme dans le portrait classique aussi, la place prise par le vêtement, qu’il soit somptueusement coloré ou banalement quotidien, fait presque oublier la présence des corps. Ce n’est certes pas la séduction que visent les femmes et les hommes qui se sont livrés à l’objectif de Leila Alaoui. En revanche, l’abolition du corps par le costume autorise une véritable épiphanie du visage. Aussi, d’œuvre en œuvre, retient-on surtout des visages, des regards. Des regards qui nous accompagnent longtemps après la sortie du musée.

"Puisant dans mon propre héritage, j’ai séjourné au sein de diverses communautés et utilisé le filtre de ma position intime de Marocaine de naissance pour révéler, dans ces portraits, la subjectivité des personnes que j’ai photographiées". Leila Alaoui.

Cette exposition est l’occasion de présenter une trentaine de portraits de « Marocains », dont certains inédits au musée Yves Saint Laurent Marrakech. Le commissariat de l’exposition est assuré par Guillaume de Sardes, écrivain-photographe et commissaire d’exposition. Pour la première fois, la Fondation Jardin Majorelle a souhaité réserver un accès gratuit à la salle d’exposition temporaire pour partager avec le plus grand nombre, notamment Marrakchis et Marocains, le regard de la photographe sur ses concitoyens.

Exposition temporaire gratuite «  Les Marocains » de Leila Alaoui

Jusqu'au 5 février 2019

musée YVES SAINT LAURENT, Marrakech

L’accès à la salle d’expositions temporaires se fera exceptionnellement par une entrée dédiée, rue Al Houdhoud, pendant toute la durée de l’exposition.

Tags

marrakech
exposition
musée-yves-saint-laurent-marrakech
leila-alaoui
les-marocains

Articles associés

Recommandé pour vous