Femmes

Stella McCartney: le luxe éthique

À travers sa marque ancrée dans une démarche éco-responsable, Stella McCartney a non seulement su se faire un nom ; au fil de ses collections, elle prouve surtout qu’on peut consommer durable et être bien sapée.
Reading time 3 minutes
La créatrice

La fille de l’ex-Beattle crée sa marque éponyme en 2001, après un passage à la direction créative de Chloé. Écologiste avertie, elle boycotte le cuir et la fourrure dès ses premières collections. Très vite, ses créations “glamour et végétariennes” s’imposent auprès de la jeunesse branchée, séduite par son cool hyper féminin. Accessoires, lingerie, parfums et des cosmétiques bio complètent aujourd’hui l’univers de la griffe.

Le must-have

Toujours montées sur une épaisse semelle compensée en caoutchouc contrasté biodégradable, les iconiques “Binx” s’affichent cette saison dans une version en velours noir aux re ets chatoyants. Décorés d’une barre de métal argenté sur le dessus, elles accompagnent les tenues amples et épurées de l’hiver.

Les matières

La marque sélectionne des matières synthétiques innovantes et des textiles éco-responsables afin de remplacer le cuir, l’acétate ou le PVC : cachemire régénéré, polyester recyclé, cuir vegan, bioplastiques, bres végétales d’origine certifiée... Elle veille aussi à ce que leur élaboration ne soit pas nocive pour les ouvriers qui les fabriquent.

La collection

Cet hiver, la créatrice réinterprète les codes du confort wear et du chic urbain autour d’une collection tout en décontraction. Jouant sur les effets de matières, la créatrice y ravive le denim tie&dye, le velours lisse et la soie plissée autour de doudounes XXL ou de vestes géantes, de robes à nes bretelles satinées, de jupes longues molletonnées, de combinaisons à volants qui signent une sexytude urbaine impeccable

La campagne

Estampillée “Sans plumes, cuir ou fourrure” et autres slogans pro-vegan, la créatrice a choisi le parti pris de l’humour végétarien pour dévoiler sa campagne automne-hiver 2016. Les images, réalisées par le photographe Harley Weir, mettent en vedette la typo iconique de l’artiste américain Ed Ruscha et le top Amber Valletta, mannequin culte des années 90 et environnementaliste. Pour la seconde fois, elle y incarne la femme “Stella”, emmitou ée de maille uide, de matelassé gonflé à bloc ou d’imprimés ludiques de cygne, naturellement con ante et d’autant plus à l’aise dans ces pièces éthiques qui revendiquent ici l’engagement de la marque en faveur de la protection des animaux.

Articles associés

Recommandé pour vous