Beauté

Toni Garrn : "Le confinement m’a permis de renouer avec certains rituels de beauté"

Visage du dernier parfum Angel Nova de Mugler et top engagé dans l’accès à l’éducation scolaire des jeunes filles en Afrique, Toni Garrn se confie à L’Officiel.
Reading time 5 minutes

L’Officiel : Qu’est-ce qui vous a convaincue d’accepter ce nouveau projet lancé par Mugler ?
Toni Garrn : Le message de la campagne qui incite les femmes à croire en leurs rêves a trouvé une résonance particulière en moi. J’ai toujours su croire en les miens, et cela m’a poussée à faire en sorte que d’autres femmes poursuivent les leurs grâce à ma fondation, qui aide les jeunes filles africaines à accéder à une meilleure éducation. Mugler est pour moi une maison qui donne des superpouvoirs aux femmes à travers ses créations mode et ses parfums, qui les transforme en héroïnes. Cette campagne n’a fait que renforcer cette vision que j’ai depuis toujours de la marque.

Angel est une fragrance iconique. Comment êtes-vous parvenue à apporter votre propre identité à la campagne, en marchant dans les pas d’égéries aussi légendaires que Jerry Hall, Naomi Watts ou Eva Mendes ?

Ça a été un immense honneur pour moi que d’être choisie pour représenter ce parfum culte. Ces trois égéries sont pour moi
des modèles, elles incarnent bien l’image que Mugler a su façonner, celle d’une femme à la fois ultra-féminine, puissante et indépendante.

Vous êtes également comédienne, on vous a vue notamment dans Spider-Man. Pensez-vous que le parfum puisse aider à construire l’identité d’un personnage ?

Absolument. Le parfum est étroitement lié aux souvenirs. Il fait à la fois voyager dans le temps et l’espace et sait ressusciter des personnes ou des lieux rattachés à certaines époques de nos existences, c’est donc un élément clé.


Quelle est votre routine beauté au quotidien?

La pandémie m’a permis de renouer avec certains rituels, je peux prendre le temps d’appliquer de nombreux produits, et de constater leurs bienfaits à long terme! Je nettoie scrupuleusement ma peau, je l’exfolie deux fois par semaine et j’use et abuse des crèmes réconfortantes en hiver. Niveau make-up, je ne porte que du mascara et un soupçon d’anticernes.

Quelles sont vos marques fétiches pour le maquillage et le soin?
J’adore Charlotte Tilbury, Nars, Barbara Sturm, Sisley ou encore Clé de Peau.

Avez-vous des rituels sportifs?

Cela dépend vraiment où je me trouve dans le monde, de mon tonus et de la saison. Mais quoi qu’il en soit, je pense que se dépenser et transpirer au moins une fois par semaine est indispensable à notre bien-être. En ce moment, je pratique un mix de running, de Pilates et de yoga.

Qui vous inspire en matière de beauté et de style?
Carrie Bradshaw est pour moi une icône, mais ces derniers temps mes amies proches sont une source infinie d’inspiration, le mannequin Blanca Padilla en particulier, qui choisit ses vêtements avec tellement de goût.

Vos adresses wellness préférées au monde ?

La SHA Wellness en Espagne est vraiment un lieu incroyable. La vue sur la nature et la mer y est sublime, et les soins sont parmi les meilleurs que j’ai pu expérimenter. Je m’y rends une fois par an pour une détox complète. À Paris, j’adore aussi le spa du Meurice et ses soins Valmont.

Vous êtes très impliquée dans la défense des droits des femmes et leur accès à l’éducation. Pouvez-vous nous en dire davantage sur l’action de votre fondation?

Je pourrais en parler des journées entières! J’ai créé une fondation entièrement consacrée aux jeunes filles africaines. Nous travaillons dans quatre pays, au Ghana, au Burundi, en Ouganda et au Zimbabwe, et nous nous concentrons sur l’empowerment de ces enfants en déployant tous les moyens possibles pour qu’elles se sentent plus heureuses et en meilleure santé à l’école. Nous finançons des bourses étudiantes et fournissons également des moyens de transport pour permettre aux plus isolées d’entre elles de bénéficier d’une scolarité. Nous construisons également des bâtiments abritant des écoles, en partenariat avec des acteurs locaux, travaillant de façon écologique et durable. La fermeture des écoles a eu un impact fort sur ces enfants car, comme vous pouvez l’imaginer, l’école est le seul lieu où elles peuvent établir des liens sociaux entre elles et faire des repas complets. Cela remet les choses en perspective quand on pense au confinement tel que nous le vivons pour notre part, et nous rappelle à quel point nous sommes chanceux !

Tags

tonigarrn
angelnova
mugler

Articles associés

Recommandé pour vous