Fashion Week

Une Fashion Week de Paris peu réjouissante

Un vent d’incertitude continue de planer sur la Fashion Week parisienne, se déroulant du 28 septembre au 6 octobre. Alors qu’un nouveau planning indique quelle maison opte pour un défilé physique ou une présentation digitale, la semaine de la mode agace par ses changements de dernière minute.
Reading time 4 minutes
© Getty Images

Seulement 18 maisons présenteront leur défilé en physique

Les changements n’en finissent plus, et l’événement parisien n’est pas à l’abris de nouveaux bouleversements. La frénésie habituelle des défilés sera fortement dégradée pour la Fashion Week de Paris. Seulement 18 maisons sur 84 présenteront leur collection avec les traditionnelles mannequins sur le catwalk, un chiffre très faible lorsqu’on le compare avec les centaines de shows des années précédentes. Au programme ? Le mythique spectacle Chanel devrait être maintenu, tout comme celui de Louis VuittonChristian DiorBalmainChloé et le tant attendu show de Coperni au sommet de la tour Montparnasse. HermèsIsabel MarantAmiVictoria/Tomas ou encore Kenzo ont aussi prévu un défilé en présentiel et en direct. La pression est d’autant plus grande pour ces marques qui devront redoubler d’ingéniosité pour redonner du baume au cœur aux invités. Ces derniers, habitués aux grands spectacles de mode, ne seront en moyenne qu’entre 100 et 200 afin de respecter les mesures sanitaires. En comparaison, 500 personnes sont en moyenne présentes pour un défilé, voire 2 000 chez Chanel. D’ailleurs, la question des invités reste en suspens. Alors que le gouvernement italien a imposé des tests négatifs du Covid-19 pour certaines zones françaises, la Fashion Week milanaise a vu son nombre de refus d’invitation augmenter de la part des invités tricolores. Les mesures seront-elles les mêmes en France ?

Le casse-tête des formats numériques

Vingt autres maisons ont tout de même choisi de présenter leur collection à une poignée d’acheteurs et de journalistes, qui pourront dans certains cas rencontrer le directeur artistique, mais sans faire de défilé. Le résultat ? Pas de podiums, ni de front row exaltant, peu de looks de stars originaux, moins d’ambiance créative captée par les téléphones des invités pour les réseaux, aucun salut du créateur. Certaines marques très attendues pour leur spectacle, notamment Balenciaga, manquent à l’appel des défilés. Un choix surprenant partagé par GivenchyMiu MiuElie Saab ou encore Maison Margiela, acteurs majeurs des Fashion Week habituelles. Le numérique reste l’option mettant tout le monde d’accord pour sa praticité. Cependant, entre Twitch, Tik Tok, Instagram, Youtube ou Amazon Prime, il y a de quoi s’y perdre, d’autant plus que 45 marques vont présenter leur collection sur un support numérique. Si des maisons tels que Burberry ou Jacquemus cet été ont bien communiqué leur plateforme de diffusion, d’autres laissent leur public sur le quai. Ce qui pourrait être une Fashion Week ouverte à tous grâce au digital est alors un casse-tête en termes de communication et d’adhésion aux sites de streaming. Le pire, c’est tout de même de regarder une Fashion Week dénudée de paillettes et de rêve depuis son petit ordinateur, installé sur son canapé.

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous