LIFESTYLE

5 livres à lire cet automne

La rentrée littéraire et son tombereau d’ouvrages vous tétanisent ? Pas de panique, nous avons séparé le bon grain de l’ivraie...
Reading time 3 minutes
Le frère adoré

Rédactrice en chef des pages littéraires du journal Elle, chroniqueuse à Télé Matin, amoureuse des livres, Olivia de Lamberterie signe son tout premier récit en souvenir de son frère adoré, Alex, qui s’est suicidé il y a deux ans. Un aveu public de délicatesse, de mélancolie et de cet humour qui tient tête à tous les enterrements.

“Avec toutes mes sympathies”, d’Olivia de Lamberterie (éd. Stock).

À l’origine

Après son formidable premier roman Debout payé, Gauz entrecroise deux strates d’histoire ivoirienne: un colon français partant à l’aventure à Grand Bassam au XIXe siècle, et un enfant noir qui découvre son pays d’origine après une éducation de parfait petit marxiste aux Pays-Bas. Conquête de l’Afrique, conquête de soi, avec toute la verve et l’ironie politique d’un écrivain décidément génial.

“Camarade papa”, de Gauz (éd. Le Nouvel Attila).

Comédie queer

Également auteure des Garçons de l’été sous son alias Rebecca Lighieri, Emmanuelle Bayamack-Tam déchaîne ses talents mul- tiples et son goût des queers en plongeant une adolescente hors normes dans une com- munauté libertaire. Génie burlesque, satire politique et éclosion sensuelle : une comé- die totale. 

“Arcadie”, d’Emmanuelle Bayamack-Tam (éd. POL).

Des Bic et des monstres

À Chicago dans les années 1960, une petite fille persuadée d’être un loup- garou enquête sur la mort de sa voisine, une ancienne déportée. Splendeur gra- phique entièrement au stylo 5 Bic, cette fresque encensée par Art Spiegelman est aussi l’histoire d’une résurrection, celle d’Emil Ferris, paralysée des années par le virus du Nil. Et si le phénomène de la rentrée était ce monstre fantastique ? 


“Moi ce que j’aime, c’est les monstres”, d’Emil Ferris (éd. Monsieur Toussaint Louverture).

Fais comme l’oiseau

Originaire d’une île isolée des lointaines Orcades, l’Écossaise Amy Liptrot raconte comment elle a plongé dans l’alcool en arrivant à Londres et comment
elle s’est guérie en retrouvant la nature et la compagnie des oiseaux. Pas un brin de psychologie, mais une intensité saisissante dans ce splendide récit de retour à la vie sauvage. 

"L’Écart”, d’Amy Liptrot (éd. Globe).

Articles associés

Recommandé pour vous