Hommes

Said Mahrouf : “les Casablancaises sont ma plus grande source d’inspiration”

Surnommé le maître du drapé, Said Mahrouf est le créateur qui sublime la femme marocaine. Installé à Casablanca, il nous retrace son parcours dans une interview à la fois inspiré et inspirante.
Reading time 4 minutes

Comment êtes-vous devenu couturier ?

Dès mon plus jeune âge, j’avais une certaine fibre créative. Je n’ai pas choisi de devenir couturier, c’est une chose dans laquelle je suis né. Quand j’étais enfant, je dessinais tous le temps, partout. Je dessinais principalement des silhouettes féminines. Après avoir fait des études qui ne me correspondaient pas, j’ai intégré l’académie d’Art Gerrit Rietveld à Amsterdam et c’est cette école qui a révélé ma créativité.

En quoi le Maroc vous inspire t’il ?

Vous savez ce qui m’inspire le plus, ce n’est pas le Maroc mais les marocaines !Mes clientessont très inspirantes, elles ont énormément voyagé, elles me poussent à sortir de ma zone de confort en me proposant de réaliser des créations auxquelles je n’aurais jamais pensé ou eu l’opportunité de réaliser. En fait, les casablancaises sont ma plus grande source d’inspiration. Puis, j’ai choisi Casablanca pour sa mixité. C’est une métropole où les cultures, les religions, les gens se mélangent parfaitement.

1571827864880962 3

Préparez-vous des créations pour cette rentrée ?

J’ai participé à l’exposition Modest Fashion organisée le 21 septembre au musée Stedelijk à Schiedam en Hollande. Devenu mainstream, la Modest Fashion est une mode qui montre qu’il est possible d’allier style et religion.Lors de cette exposition j’étais responsable de la sélection des marques participantes, dont Dior, Chanel, Maison Rabih Kayrouz, Hussain Chalayan, Christian Wijnants, Bougoessa et bien d’autres.

J’ai moi-même présenté 3 pièces. Pour une de mes créations, j’ai eu l’opportunité de collaborer pour la première fois avec un artisan basé à Fès, spécialisé dans le brocart fait-main. Aujourd’hui il existe très peu d’artisans dans le monde capable de réaliser cela.

En décembre prochain, vous découvrirez ma nouvelle collection au Royal Mansour.

1571827944503691 2

Selon vous, quelle est la définition du luxe au Maroc ?

Pour moi le luxe est un état d’esprit. Il peut être matériel mais il peut aller bien au-delà. Le luxe serait, selon moi, la quête perpétuelle du bonheur.

Quels conseils donneriez vous aux marocain(e)s qui souhaiteraient devenir créateur ?

Travailler dur et être passionné sont des critères nécessaires. L’avantage d’être designer au Maroc est qu’il y a encore très peu de concurrence. Actuellement, la mode marocaine est encore en phase d’expérimentation, elle a soif d’idées créatives.Il est formidable de voir que de plus en plus de personnes soutiennent les designers locaux.

Pensez-vous qu’Instagram a offert la possibilité aux créateurs marocains d’exister en affirmant un style, une identité ?

Absolument. De mon temps, il était nécessaire qu’un magazine célèbre parle de nous pour être reconnu. Aujourd’hui, il suffit d’avoir une bonne plateforme, de belles idées pour attirer des personnes qui apprécieront votre talent pour ce qu’il est.

1571827993033503 1

Articles associés

Recommandé pour vous