MONTRES & BIJOUX

Cartier Tutti Frutti, l’extraordinaire voyage

Des bijoux spectaculaires issus d’une quête à travers le temps et le monde de l’exceptionnel, c’est l’idée de Tutti Frutti, un style particulier de haute joaillerie aux combinaisons de couleurs surprenantes signé Cartier.
Reading time 5 minutes

Une histoire 

Dès les années 1900, la Maison crée ses premiers bijoux indiens. En 1911, Monsieur Jacques, comme l’appelaient les employés de la Maison, embarque  sur le Polynesia : direction les Indes,  à la recherche des plus belles pierres. À Delhi, Calcutta et Bombay, Cartier s’entoure de négociants de confiance.

 L’Inde est une révélation et les gemmes découvertes un émerveillement. Boules côtelées ou godronnées, rubis, saphirs, émeraudes gravées en forme de feuilles,  de fleurs ou de baies…  Toutes ces pierres, emblématiques de la joaillerie traditionnelle indienne, vont  inspirer à Cartier des combinaisons de couleurs encore jamais vues : rouge,  vert, bleu.

 Ces pierres évoquent, à travers leur gravure, le goût pour les fleurs des empereurs de la dynastie moghole qui va régner sur le Nord de l’Inde jusqu’au XVIIIe siècle. Grands amateurs d’ornements et de pierres précieuses, les Moghols s’appuient à l’époque sur le savoir-faire des artistes indiens, seuls à savoir tailler en relief et graver en creux dans les ateliers impériaux du Rajasthan, des émeraudes, des saphirs et des spinelles, aussi appelés « rubis balais ».

/

Créativité éternelle

En rupture avec le style de l’époque, les bijoux décrits comme « feuillages » dans les archives de Cartier réinterprètent les codes de la joaillerie indienne et vont faire sensation tout au long de la période Art déco. L’assemblage de leurs pierres tient du prodige. Bracelets, bracelets-montres et broches regorgent de baies, de fleurs, de branches ornées de fruits. Une profusion vibrante pour des jardins joailliers montés sur platine dont les pierres de couleur gravées en forme de végétaux sont cloutées de diamants.

L’engouement pour ces bijoux dits « barbares », selon l’expression de l’époque, s’étend au monde entier et conquiert une clientèle raffinée, sensible aux arts et à la mode, comme Lady Mountbatten (1901- 1960) et Daisy Fellowes (1890-1962), considérées, chacune à leur tour, comme les femmes les plus élégantes du monde. Un style intemporel, un nom qui enchante… C’est plus tard, dans les années 1970, que ce genre créatif autrefois qualifié d’ « hindou », adopte le nom de Tutti Frutti. Il est alors à ce point associé à Cartier que la Maison le dépose en 1989. Signature emblématique du style de Cartier, le Tutti Frutti inspire toujours les collections de Haute Joaillerie.

/

Nouvelle exploration

Créé en 2016 et baptisé « Rajasthan » en hommage à l’un des États les plus fastes de l’Inde moghole, le plus grand collier de Haute Joaillerie de style Tutti Frutti jamais réalisé met en scène une émeraude gravée de 136,97 carats originaire des mines de Colombie. Au collier s’ajoute une bague sertie d’une émeraude côtelée de 20,57 carats.

Hommage aux grands colliers de cérémonie des maharadjahs, cette parure met en scène un ensemble exceptionnel d’émeraudes autour d’un savoir-faire ancien venu d’Inde.

Pour cette nouvelle exploration du Tutti Frutti, véritable démonstration de l’art de la taille, Cartier a dessiné une composition dynamique dans laquelle la couleur apporte, à la manière de notes, un rythme et une cadence. Cette pièce remarquable s’inscrit dans la grande tradition Cartier de la joaillerie transformable et révèle plusieurs portés différents pour le collier et deux variations pour les pendants d’oreilles.

Les émeraudes gravées réunies par Cartier constituent un ensemble d’autant plus singulier que la forme en grappe du pendant est rarissime en Haute Joaillerie. En effet, le collier s’achève par un pompon en volume de 19 gemmes. Deux émeraudes d’un poids total de 86,96 carats et une pierre de centre de 43,73 carats originaires de Colombie, lieu de provenance de pierres parmi les plus réputés au monde, complètent cet ensemble. Impressionnantes par leur poids, ces émeraudes se distinguent tout autant par l’ensemble qu’elles composent que par leur couleur, leur intensité lumineuse et leur délicate cristallisation. S’y ajoutent une émeraude de Zambie gravée hexagonale de 18,58 carats, trois gouttes émeraude de Colombie gravées pour 130,69 carats, un rubis de Birmanie gravé de 23,24 carats, huit rubis de Birmanie taille cabochon pour un poids total de 46,34 carats.

1575457796341214 h7000443 de548971575457796416599 h7000443 de54897 v1
1575457796487945 h7000443 de54897 v21575457796502609 h7000443 de54897 v3
1575457796549754 h7000443 de54902

Si Cartier relève sans cesse de nouveaux défis créatifs et donne vie à des objets d’une beauté universelle, c’est grâce à un processus d’itérations créatives. Plus qu’une somme de métiers, le savoir-faire de Cartier est le résultat d’un dialogue permanent entre designers, artisans et ingénieurs. C’est une ressource vivante qui se réinvente pour surmonter les obstacles, questionner les conventions et repousser les limites au nom du beau, de manière inconditionnelle. Il s’inscrit dans un ensemble d’échanges fructueux, au fil de rencontres inattendues qui unissent le savoir et le faire.

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous