Pop culture

Faut-il lire "Fashion Week", le nouveau livre d’Hippolyte Romain ?

Un carnet de souvenirs du monde de la mode, du Paris pétillant et en fêtes qui nous ramène aux décennies de l'insouciance.
Reading time 3 minutes

Ainsi débute la préface que Chantal Thomass dédie au livre d’Hippolyte Romain.

Pourtant, c’est sans doute lui-même qui parle le mieux de son travail : « Dans les années 1975 et jusqu’au début du XXIe siècle, j’ai fréquenté et croqué le monde de la nuit qui s’est rapidement fiancé à celui de la mode, de la musique et de la création en général. Installé au milieu de cet incroyable barnum, un carnet à dessins à la main, j’ai été un acteur bien modeste de trente années de Fashion Week et j’ai observé attentivement cette faune qui fréquentait le diable, mais ne s’habillait pas qu’en Prada ! Dans ces univers, la création, l’argent, la poudre aux yeux et dans les narines, les futilités, les jalousies, les échecs et les succès des uns et des autres, se sont succédés à un rythme infernal et ont occupé ma vie.

Des talents majeurs se sont imposés, Yves St Laurent, Karl Lagerfeld, mais la roue de la fortune a tourné si vite pour certains, qu’aujourd’hui, le carnet de bal des oubliés est impressionnant. J’ai vu défiler des milliers de vêtements, quelques petites culottes aussi, observé des centaines de personnages attachés à ces métiers et à ces réjouissances et dans ce flot de souvenirs, j’ai choisi de vous raconter quelques histoires qui flânaient dans ma mémoire ».

 

Hippolyte Romain a été, et continue d’être le témoin de notre société, confident de certaines personnes qui furent, et sont encore la mémoire d’un Paris électrifié, une époque qui appelle une probable nostalgie, un Paris festif et libre. Dandy Gavroche, il nous rappelle une certaine aristocratie, celle qui mêle l’univers du quidam et celui des stars. La joie de vivre qui ressort de ce livre est une invitation à redécouvrir une attirance vers l’inaccessible et définir comme insupportable, le bling-bling. Les invités dans cet opus sont Chantal Thomass, Thierry Mugler, Christian Lacroix, Jean-Paul Gaultier, Claude Montana, Paco Rabane, les plus grands. Il est le Paolo Roversi, le Peter Lindberg, l’Helmut Newton du dessin de mode et des soirées que tout ce petit monde a dégustées. Un livre de civilisation.

 

Fashion Week, d’Hippolyte Romain, Erik Bonnier Editions.

Tags

fashionweek
hippolyteromain

Articles associés

Recommandé pour vous