Femmes

"Fille de...": 6 icônes sur les pas de leurs mères

out comme leurs illustres mères avant elles, les “filles de” sont de plus en plus nombreuses à prêter leur image aux grandes marques, en attendant un éventuel passeport pour le cinéma. Zoom sur six nouvelles icônes de la mode.
Reading time 5 minutes
Kaia Gerber, la CEO

Lorsqu’à 10 ans, elle pose pour la première fois pour Versace Kids, le monde connaît déjà Kaia Gerber. Il faut dire que sa mère, Cindy Crawford, hyperactive sur les réseaux sociaux, l’a présentée au monde très tôt avant que la petite fille, devenue adolescente, n’affiche sa vie sur Instagram, en soulignant avec beaucoup de fierté sa ressemblance avec le supermodel. Même crinière brune, mêmes sourcils épais, même sourire, il ne manque à Kaia que l’emblématique grain de beauté au coin de la bouche. Déjà lancée, elle entre dans le cercle fermé des égéries de luxe. 

Zoe Kravitz, la rock'n'roll

Ce duo mère-fille est certainement le plus troublant tant Lisa Bonet et sa fille Zoe Kravitz – née de son union avec le rocker Lenny Kravitz – cultivent une réelle ressemblance. À bientôt 28 ans, Zoe est en effet la réplique de sa mère, période Denise Hextable, rôle qui l’a fait connaître au grand public dans le Cosby Show. Pour sa campagne printemps-été 2016, la marque Calvin Klein ne s’est d’ailleurs pas embarrassée à faire de choix entre les deux. Les clichés, en noir et blanc, les mettent en scène en bord de mer, partageant un moment de complicité sororal. Complicité calquée sur celle qu’elles affichent naturellement, à la ville comme à la scène, lors de leur passage sur les tapis rouges comme dans les rues de Los Angeles.

Willow Smith, la hype

Des premiers rangs des défilés Chanel aux couvertures des magazines tel qu’Interview, en passant par les scènes de festivals où elle se produit avec son frère, il semblerait que Willow ait hérité de la polyvalence artistique de ses parents, Will Smith et Jada Pinkett. Quant à sa relation avec sa mère, c’est une belle complicité qu’elle s’affiche sur les réseaux sociaux, comme lorsque sa maman souhaite un joyeux anniversaire et tacle non sans humour son acteur de mari en disant qu’elle savait qu’à la naissance de sa fille, celle-ci aurait les oreilles de son père. Plus sérieusement, lorsque sa fille est attaquée sur une de ses photos jugée controversée, Jada n’hésite pas à monter au créneau en qualifiant ses détracteurs de “tordus” et “pervers”. Une vraie maman lionne.

Maya Hawke, l'inderground

“Pour vivre heureux, vivons cachés”, c’est aucun doute la devise adoptée par le cou-ple que formaient Uma Thurman et Ethan Hawke. Tous deux très discrets quant à leur vie privée, il n’y a rien d’étonnant à ce que Maya, leur aînée, ait fait une entrée tout aussi discrète dans l’industrie de la mode. À 18 ans, c’est avec All Saints que la fille de l’ancien couple star a sauté le pas pour entrer sous les feux des projecteurs en posant pour la campagne printemps 2017 de la marque britannique. Une première expérience pour laquelle elle a peut-être demandé conseil à sa mère, qui a été mannequin avant d’embrasser la carrière d’actrice.

Dylan Penn, l'intello

Quand la mère incarne la femme d’un Président des États-Unis interprété par Kevin Spacey dans la série House Of Cards, la fille, elle, fait ses armes dans le film Nixon & Elvis, dans le rôle d’une groupie du King au côté du même Kevin Spacey, cette fois-ci dans la peau du président Nixon. Il faut reconnaître que le fait d’avoir comme parents Sean Penn et Robin Wright n’a pu qu’influer sur les choix de la jeune Dylan qui a d’abord commencé sa carrière en 2014 en prêtant son image à la marque U.S. de vêtements Gap avant de s’afficher au cœur de la campagne printemps-été 2015 d’Ermanno Scervino.

Ireland Baldwin, la fatale

Si 9 semaines 1⁄2 avait été tourné de nos jours, il ne fait aucun doute qu’Ireland Baldwin aurait été castée, tout comme sa Kim Basinger l’a été par Adrian Lyne, il y a tout juste 30 ans. En attendant éventuellement de devenir actrice, Ireland mène une carrière de mannequin. Photographiée pour le magazine Treats! par Arthur Belebeau, elle prouve que le sex-appeal est bien une histoire de famille. En maillot de bain et même nue, la jeune femme aura du mal à se détacher de l’image sulfureuse qui lui colle déjà à la peau. De la même façon qu’elle aura du mal à se dissocier de l’image de sa mère, de qui elle ne semble pourtant pas très proche. Comme quoi être la copie conforme de sa maman ne suffit pas à resserrer les liens.

Articles associés

Recommandé pour vous