Femmes

Les 10 commandements de la coolitude

Le cool, c’est la tendance prépondérante de ces dernières saisons. Comment l’être en 2017 ? On fait le point sur ce style de vie aussi pointu qu’esthétisant.
Reading time 5 minutes

À l’origine, le cool est avant tout une contre-culture. Dès le milieu des années 50, cer- tains jeunes issus de la classe moyenne blanche américaine rejettent les valeurs tradition- nelles et adoptent les codes des noirs américains, notam- ment à travers la musique. Les premiers hipsters naissent de cet anticonformisme et, des années 60 à 80, un vrai mouvement contestataire voit le jour, entre libération sexuelle et psycho- tropes. Puis les cools se mettent à mixer leurs valeurs à des objectifs économiques. La nouvelle entreprise à la Steve Jobs devient le comble de la coolitude. On y est sympas et prétendu- ment à contre-pied de la société, mais on gagne de l’argent. Et pas qu’un peu ! En 2017, le cool revient comme un objectif et une tendance générale dont le marketing abuse à l’envi tant la société est obsédée par cet état d’esprit convivial, positif et jeu- niste. De la mode au lifestyle, aujourd’hui, tout le monde veut être cool. Voici comment adopter la cool attitude.

1. Bien dans ses baskets

Plus question d’être perchée sur des stilettos. Pour être cool, on prend une longueur d’avance en New Balance, Nike Cortez (comme Bella Hadid), en “Gazelle” d’Adidas ou en Fenty Puma. Pourquoi la sneaker ne nous quitte plus d’une semelle? Car elle symbolise le summum du confort, une insolence aux codes du monde du travail qui vou- draient que l’on soit élégantes, et une sorte de je-m’en-foutisme et nonchalance en accord avec le discours révolution- naire originel de la “cool way of life”.

2. Start up your life

Le comble du cool ? Monter sa start-up, être entrepreneur. Travailler pour soi plutôt que pour les autres en concré- tisant ses idées. Le must ? Dans les nou- velles technologies évidemment : lancer une appli, un concept sur la Toile, avec en ligne de mire les success-stories de Facebook, Snapchat, Airbnb, etc.

3. Se mettre au vert

Exit les protéines animales, le cool est green. Kale, jus healthy, salades de qui- noa... les cools sont véganes car ils ont la conscience tranquille : aucun animal n’est sacrifié pour les besoins de leurs repas. Une éthique exploitée par de nouvelles cantines ultra-branchées qui ont bien compris ce besoin de se mettre au vert.

4. Tisser sa toile

Il écrit en émoticônes, poste une vidéo sur Snapchat en roulant à vélo, maîtrise les bons filtres et hashtags sur Instagram, utilise Facebook avec parcimonie, publie ses inspirations sur Pinterest... Le cool maîtrise avec une rare dextérité les réseaux sociaux.

5. Not just a label

Le cool 2017 ne jure que par les créateurs. Haro sur les grandes marques et la fast fashion. Les labels menés par des outsiders comme le très branché Vete- ments ou le parisien Koché séduisent ces amateurs d’une nouvelle dégaine décomplexée, entre street culture et nouveau porté.

6. Le culte du bon plan

Le cool se déplace en Uber, plani- fie ses hébergements de vacances sur Airbnb, dans une logique de culture du bon plan participatif. Il adule ces nou- velles manières de se faciliter la vie, en privilégiant le rapport du particulier au particulier et de convivialité si caractéristique du cool.

7. Jeanial

L’uniforme du cool? Le jean, avec une préférence pour les modèles iconiques. Le succès du Levi’s Wedgie ou encore du mom jean confortent aussi l’hégémonie de la toile bleue dans les vestiaires des cools 2017. Pourquoi? Utilitaire et populaire, elle symbolise cette décontraction anti- conformiste que revendique la coolitude.

8. Au tapis!

Le cool 2017 ne se balade pas son yoga mat. Activité en essor exponentiel, le yoga sous toutes ses formes fait des ravages sur YouTube alors que les yoga studios fleurissent à tous les coins de rue. Une pratique devenue mainstream en écho aux préoccupations de mieux-être prônées par le cool.

9. Les pieds sur terre

Faire ses courses dans des épiceries locales, manger bio, trier ses déchets, respecter l’environnement, prendre part à des nettoyages de plage, limiter les emballages, acheter des couches green pour ses bambins, pour être cool, il faut être écolo. Le cool est proche de la nature, il s’engage pour la préserver.

10. Aux quatre coins du monde

Au diable l’empreinte carbone, le cool va en yoga retreat à Bali, s’envole pour l’Amérique du Sud, découvre la Tanzanie sur un coup de tête. Le cool est le nouveau nomade, il voyage loin et souvent, pérégrinations dont son profil Instagram est le témoin.

Articles associés

Recommandé pour vous