Beauté

Comment vaincre la cellulite, ce fléau féminin ?

Peau d’orange, gondolée, matelassée… les descriptions imagées abondent ! Il existe trois sortes de cellulite. Fibreuse, graisseuse et aqueuse, qui cohabitent en diverses proportions. Les nouveaux protocoles combinés proposent des traitements sur mesure en plusieurs étapes pour des résultats visibles et durables.
Reading time 5 minutes

Un héritage génétique féminin 

Elle concerne 85 % des femmes dans le monde, et ceci pour une bonne raison qui remonte à l’âge des cavernes : la survie de l’espèce. Cette “graisse de conservation” stockée dans le ventre, les cuisses et les fesses est destinée à produire du lait maternel en abondance, même en période de disette et de froid. Elle est donc d’origine génétique, mais est aggravée par plusieurs facteurs des temps modernes : alimentation trop riche, grasse et sucrée, sédentarité, prise de contraception et… stress.

Domaine de recherche clinique assez récent (ce n’est ni une maladie, ni une pathologie) poussé par la demande de solutions, les moyens financiers octroyés à la recherche et développement ont considérablement augmenté, dans un marché de la minceur en plein essor : 96 centimes sont dépensés chaque minute en France pour un produit ou un service amincissant, soit plus de 5 milliards par an !

S’en préoccuper quelques semaines avant d’enfiler son bikini n’est pas viable. Pour obtenir des résultats visibles et pérennes, mieux vaut définir un plan de traitement sur plusieurs mois. Le plus important, selon le docteur Noël Schartz, dermatologue et médecin esthétique à Paris, est de poser le bon diagnostic. “L’analyse globale de l’état de la patiente est complexe ; nous devons prendre en considération les amas graisseux, l’aspect peau d’orange, les capitons et, en plus, le relâchement cutané.”

Les trois grasses 

Aqueuse, adipeuse, fibreuse. Si toutes les cellulites sont mixtes, elles ont chacune leur cause et leur spécificité. Sont étroitement liées l’adipeuse et l’aqueuse, cette dernière étant causée par la compression des cellules graisseuses due à une mauvaise circulation lymphatique. Comme la graisse joue un rôle important dans la rétention d’eau en comprimant les vaisseaux sanguins, il est important de la réduire afin de relancer la circulation.

La cellulite fibreuse, dure et parfois douloureuse, est génétiquement programmée et tient à la structure même du tissu graisseux féminin. Le capiton s’installe vers l’âge de 20 ans. L’origine vient des septas, les ponts fibreux du tissu conjonctif permettant de délimiter les lobes des adipocytes afin de soutenir et maintenir la graisse dans l’hypoderme. En se durcissant, ces travées fibreuses tirent la peau vers l’intérieur causant ainsi l’apparition du capiton.

Protocoles personnalisés 

Après un diagnostic détaillé et en priorisant ce qui gène le plus, et selon le budget consacré, un programme de soins s’étalant sur plusieurs mois est établi afin de traiter l’ensemble des problèmes. “Il est très important que la patiente comprenne à quoi servent les traitements. Elle doit participer, savoir à quoi s’attendre ainsi que les limites des techniques”, prévient le docteur Schartz. 

1. Unison : pour la cellulite aqueuse et fibreuse 

L’Unison de BTL Aesthetics combine cavitation et radiofréquence. Les ondes de choc augmentent la microcirculation sanguine et drainent le fluide lymphatique. La radiofréquence, en provoquant une micro-inflammation, stimule la production de collagène et d’élastine, ce qui d’augmente l’élasticité et la fermeté de la peau.

Le traitement
 

Après une pose de gel, la zone est chauffée à 42 °C (un thermomètre intégré dans la pièce à main mesure en continu), et c’est parti pour vingt minutes de massage combinant chaleur, vibrations et pulsations. Le traitement n’est pas douloureux, même si sous l’effet de la chaleur la peau rougit durant une petite heure.

Le protocole 
 

Une fois par semaine durant quatre à six semaines. Certaines voient un effet immédiat grâce au drainage lymphatique, mais il faudra attendre trois mois pour que les effets conjugués de la cavitation et de la radiofréquence donnent des résultats appréciables. “Les patientes disent toutes avoir récupéré des jambes légères. De plus, le traitement casse la petite fibrose et la cavitation entraîne une lipolyse superficielle”, note le Dr Schartz.

2. Exilis : pour la peau d’orange et la peau gondolée 

L’Exilis de BTL Aesthetics associe la radiofréquence monopolaire pour raffermir la peau et les ultrasons pour cibler les cellules graisseuses en surface responsables de la peau d’orange. L’appareil fait monter la chaleur à la température idoine selon la surface traitée. Un système de refroidissement intégré assure le confort tout en maintenant la bonne température en profondeur.

Articles associés

Recommandé pour vous