JOAILLERIE & HORLOGERIE

Objet du désir: Le collier “Mata Hari” de Messika

Pour son nouvel opus haute joaillerie, la maison poursuit sa quête de lumière absolue avec une collection dédiée au Swinging Paris des années folles. Parmi celle-ci, un plastron hypnotique aux influences orientalistes.
Reading time 2 minutes

Inspiration

Depuis sa première collection de haute joaillerie présentée à Bâle en 2013, Valérie Messika multiplie les prouesses joaillières. Cette année encore, la maison ose et dépoussière les codes de la joaillerie classique avec une collection dédiée au Paris des années 20, symbole de liberté, de profusion créative et d’émancipation féminine. Entre danse, peinture et haute couture, des bijoux aux noms évocateurs rendent hommage à ces femmes à la personnalité flamboyante : Isadora, Madeleine ou encore Mata Hari, femme fatale, danseuse érotico-exotique, aventurière, espionne…

Style 

Pièces maîtresses des collections de haute joaillerie, les colliers mêlent expertise diamantaire et savoir-faire joaillier de haute précision. Aussi doux et flexible qu’une étoffe précieuse, le collier “Mata Hari” prend des accents de vibrato grâce à une innovante technique de mise en pierre : le “serti plume”. Les pierres de centre sont soulignées par un délicat demi-entourage de diamants taille brillant, travaillé en asymétrie et dans un système de dessus-dessous : la forme originale de la pierre s’en trouve alors prolongée, la perspective et le volume renforcés.

Savoir-faire

En 2015, Messika a inauguré son atelier de haute joaillerie sous les toits de Paris. Lapidaires, joailliers, sertisseurs et polisseurs y œuvrent en secret pour donner vie à des parures aussi uniques qu’exceptionnelles. Un perfectionnisme cherché dans l’harmonie des volumes, une attention accordée aux détails et un goût du raffinement prouvent que la Messika conjugue, comme nul autre art diamantaire, prouesse stylistique et savoir-faire joaillier autour de pièces d’une infinie rareté et fidèles à la philosophie de la Maison : “Nothing but diamond”.

Collier “Mata Hari” en or blanc (140 g) serti de 441 diamants tailles poire et marquise (72 ct).

Sur commande chez Mystère, 12, rue d’Aïn Harrouda, Racine, Casablanca. Tél. : 05 22 36 27 05.

www.messika.com

Tags

Articles associés

Recommandé pour vous