Art

Les grands noms de la peinture marocaine à l’honneur au MMVI de Rabat

Du 12 août au 15 décembre 2020, le Musée Mohammed-VI d’art moderne et contemporain de Rabat accueille une exposition événement qui retrace plusieurs décennies de création artistique nationale.
Reading time 3 minutes

La capitale culturelle du royaume revient sur le devant de la scène avec l’exposition Les peintres marocains dans les collections nationales, de Ben Ali R’bati à nos jours, et marque le lancement d’une saison culturelle assurément marocaine. Ce rendez-vous, inédit,invite le grand public à découvrir les prémices de l’art moderne et contemporain au Maroc, à travers un parcours historique et chrono-thématique du début du XXe siècle à notre époque contemporaine. Si le rapport à l’art s’est renouvelé sous bien d’autres formes, notamment numériques, une exposition virtuelle ne saurait reproduire à l’identique l’atmosphère si singulière d’un musée, les jeux de lumière, le parcours des salles, le sens des visites, et surtout, la joie de vous retrouver autour d’une exposition au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain”, a déclaré dans une note Mehdi Qotbi, président de la Fondation nationale des musées (FNM), après que ces derniers ont été fermé pendant plusieurs mois.

1597137755294124 18fb51c0 fa5a 4218 bbd4 df27b641b899
Malika Agueznay “Elements symboles féminins” (2005), 100 x 80, technique mixte sur toile.

“Ben Ali R’bati, l’un des précurseurs du début du XXe siècle ou Ahmed Yacoubi ont progressivement abandonné les différents symboles constitutifs aux arts traditionnels”,souligne la FNM dans un communiqué. L’institution promet de dévoiler des œuvres majeures considérées comme des “jalons” du patrimoine artistique du royaume.

1597137796744207 489bf93c e9e6 42ed a9f1 0ad054729c0c
Mohamed Chabaa, “Composition” (1993), 146 x 136 cm, huile sur toile.

La genèse de cette exposition tient dans la volonté de confronter mais aussi de questionner, avec une approche diachronique,le travail de plusieurs artistes qui, par leurs techniques et pratiques,ont marqué l’histoire de l’art au Maroc dès 1914, puis dans les années 50. Cette période post-coloniale a été enrichie par la création des Beaux-Arts de Tétouan et Casablanca qui ont formé plusieurs grands noms des arts plastiques tels que Jilali Gharbaoui, Ahmed Cherkaoui, Farid Belkahia, Mohamed Chabaâ, Mohamed Melehi et Miloud Labied, entre autres. “Conscients des enjeux identitaires, ils ont prôné un art libéré des contraintes”,précise la FNM.

1597137830303533 d5667d52 307f 4052 8994 fac808c1bac8
Miloud Labied, “Sans titre” (1979-1980), 150 x 194, huile sur toile.

Les décennies qui suivront sont celles de l’affirmation, de la différence et de la diversification des tendances esthétiques. Les peintres marocains revendiquent leur singularité et s’éloignent de l’enracinement culturel et idéologique. Parmi les artistes les plus significatifs de cette époque, on peut citer Mohamed Kacimi, Fouad Bellamine ou encore Mahi Binebine.

 

Leurs œuvres compteront parmi la centaine de tableaux exposée au MMVI pour cette exposition qui conjugue des collections nationales majeures (dont certaines jamais dévoilées au grand public) de la FNM, de l’Académie du Royaume et du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports.

Les peintres marocains dans les collections nationales, de Ben Ali R’bati à nos jours, jusqu’au 15 décembre 2020. La réservation par téléphone au 05 57 76 90 47 est obligatoire pour accéder à la salle d’exposition.

Tags

rabat
maroc
art
culture
peinture
mmvi

Articles associés

Recommandé pour vous